Traitements d’appoint


Accueil du site www.tabacologue.fr > Thérapeutiques > Traitements d’appoint

Ce site est destiné aux professionnels de santé. Dernier ajout le 3 juillet 2011.


Vous trouverez dans cette rubrique les thérapeutiques d’appoint aux thérapeutiques reconnues efficaces afin d’améliorer le confort du sevrage. Chacun a ses "trucs" et nous attendons que vous nous livriez les votres. D’avance merci.

Christian Chevalier
DIU tabacologie Paris
Président de l’Afdet


SOMMAIRE


- Acupuncture
USA - Que pensez-vous de l’acupuncture, Docteur ? 4/07/2008

- Homéopathie

- Oligo-éléments

- Luminothérapie
La luminothérapie : explications 30/11/2008

- Sophrologie
France - Enfin une définition concrète 08/10/2008

- Vitamines
USA - Vitamine C et vitamine E chez le tabagique 21/02/2006

- Divers
- Irlande - La maîtrise de soi serait une bonne arme contre le tabac 11/05/2011
- Grande Bretagne - Essai thérapeutique sur les effets du chocolat 10/04/2006
- Grande-Bretagne - Nicogel 2006
- France - Les antioxydants protègent la fonction ventilatoire 30/03/2006

Retour au sommaire


- France - Sophrologie : enfin une définition concrète
« La sophrologie est née dans les années 60 avec le neuropsychiatre Alfonso CAYCEDO. C’est une méthode qui utilise la relaxation comme base de travail, l’outil est la voix du sophrologue. Cette méthode rééduque et coordonne tel un chef d’orchestre tout le corps dans un objectif d’équilibre et donc de mieux être. Elle réconcilie par des exercices simples, le corps et la tête pour faire de vous, une personne unie, centrée, à l’aise dans ses baskets. Elle vous donne le moyen de trouver les solutions pour dépasser vos problématiques : douleur chronique, stress, récupération post opératoire, insomnie, fatigue physique et morale, manque de confiance en soi, préparation à l’accouchement, tabac... ». Elle concerne le jeune enfant à l’adulte de 90 ans.

Déroulement d’une séance
Au début de chaque séance, le sophrologue vous guide dans un état de détente proche du sommeil ; vous êtes installé confortablement en posture assise sur une chaise, car l’objectif n’est surtout pas de dormir mais bien de rester concentrer sur vos sensations corporelles pour refaire les connexions neurophysico-chimiques. Puis, relâché et confiant, dans un état de conscience modifiée, il vous amène à travailler en profondeur sur votre problématique avec des exercices adaptés.
A la fin de la séance le sophrologue vous propose de noter sur une feuille tout votre ressenti pour que la séance s’inscrive bien dans une réalité vécue, car proche du sommeil vous auriez l’impression d’avoir rêvé les choses. Ensuite il débriefe avec vous et vous explique déjà vos progrès. Il vous offre un CD d’entrainement qui reprend la séance en cabinet pour que vous vous entrainiez chez vous jusqu’au RV prochain. _ Souvent à la fin de la première séance, le sophrologue estime avec vous le nombre de séances nécessaires pour un résultat optimum. Une séance dure 45 minutes, les tarifs d’’un cabinet à un autre varient de 45 euros à 80 euros. Compter un minimum de 5 séances pour un résultat durable, le rythme à suivre : une fois par semaine ou une séance tous les quinze jours.

Efficacité durable
Tout le monde y arrive, le nombre de séances en revanche varie d’une personne à une autre et dépend de votre régularité d’entrainement entre les séances en cabinet et de votre capacité à vous relâcher et enfin de votre envie de changement et de travailler en profondeur. Les résultats sont visibles dès la 2e séance et très concrets à la 4e. A la fin de votre programme, vous conservez les CD, vous avez appris une méthode efficace et durable dans le temps, ainsi le sophrologue vous laisse autonome et responsable de votre bien-être.

Aurélie MORELLE, Sophrologue, F-78500 Sartrouville, 08/10/2008
Tél. : 06 62 91 52 03

Et à l’hôpital ?
Que peut faire la sophrologie ?
- aide à renforcer sa motivation et à prévenir le risque de rechute, par des affirmations positives et des projections dans l’avenir,
- aide à gérer son stress et ses émotions en les dissociant de la cigarette,
- aide à surmonter les difficultés liées à l’arrêt du tabac (troubles de l’humeur, du sommeil, de la concentration, de l’appétit),
- aide à mettre en place des nouveaux comportements,à reprendre contact avec des sensations de bien-être et de plaisir autres que la cigarette.

Comment ça se passe ?
Les séances se déroulent en petits groupes de 4 personnes maximum. Un minimum de 5 séances est nécessaire pour qu’une amélioration se fasse ressentir et qu’un mieux-être s’installe.
Mais la prise en charge peut être plus longue lorsque cela s’avère nécessaire et les résultats sont d’autant plus probants lorsque la personne pratique chez elle.

Retour au sommaire


- USA - Vitamine C et vitamine E chez le tabagique
Selon une étude en double aveugle contre placebo parue dans la dernière édition de Free Radical Biology and Medicine, 1 g/j de vitamine C réduit de 45 % la pente du déficit en gamma vitamine E et de 25 % celle de la perte en alpha vitamine E chez les fumeurs.
Ce travail confirme ainsi « in vivo l’action synergique de ces deux antioxydants », note Le Quotidien du Médecin.

http://www.sciencedirect.com/science?_ob=
ArticleURL&_udi=B6T38-4HJ41P3-4&_user=
10&_rdoc=1&_fmt=&_orig=search&_sort=
d&view=c&_version=1&_urlVersion=
0&_userid=10&md5=
f1781eb03d9308af696cd5b74f6e9c5f
(http://dx.doi.org/10.1016/j.freeradbiomed.2005.10.051 )

Le Quotidien du Médecin 21/02/2006

Retour au sommaire


- France - La luminothérapie : explications
C’est indéniable, notre exposition à la lumière du jour est très fortement diminuée en hiver. Elle est très limitée en durée (le soleil se lève tard et se couche très tôt), tandis que l’intensité lumineuse est très faible en hiver (le soleil peine à atteindre le zénith, sans parler de la grisaille). Or ce manque d’exposition à la lumière retentit sur notre cerveau. La lumière règle notre rythme veille/sommeil (jour/nuit) et contribue à la production de certaines hormones et neurotransmetteurs lesquels interfèrent avec notre humeur.
La mélatonine notamment est une hormone sécrétée la nuit et qui nous aide à dormir. Inversement, le matin, la sécrétion de la mélatonine s’arrête, ce qui facilite notre réveil. Mais pour cela, il est nécessaire de se réveiller avec la lumière du jour. Or l’hiver, il fait encore nuit à 7 h du matin.
Résultat, en hiver, nous sommes fatigués et déprimés, c’est ce qu’on appelle la dépression saisonnière. Il s’agit d’une altération passagère et légère de l’humeur. Autrement dit, rien à voir avec une véritable dépression laquelle relève d’une prise en charge médicale.
Puisque la lumière du jour joue un rôle prépondérant dans ce phénomène de déprime hivernale, il est judicieux d’augmenter notre exposition durant l’hiver de façon artificielle en utilisant des lampes capables de reproduire une lumière naturelle du jour. Ce marché est en pleine explosion en France. On trouve à tous les prix toutes sortes d’appareils, allant de la lampe portable à celle que l’on fixe au-dessus de sa glace de salle de bain, en passant par celle que l’on installe sur son bureau, sans parler des simulateurs d’aube (diffusion d’une lumière d’intensité progressivement croissante).

Dr Philippe Presles, www.e-sante.fr, 25/11/2008
’ Soif de lumière - La luminothérapie : une solution à la dépression saisonnière ’, Rosenthal Norman et Pons Gérard, éditions Jouvence.
(1) Golden RN et coll., Am. J. Psychiatry, 162 (4) : 656-62, 2005.

Retour au sommaire


- Grande Bretagne - Essai thérapeutique sur les effets du chocolat
Le Parisien indique qu’"un essai thérapeutique va être lancé dans un grand hôpital londonien" pour déterminer l’impact du chocolat noir sur les maladies cardio-vasculaires.
Le journal explique qu’« après avoir constaté lors d’expérimentations en laboratoire les effets bénéfiques du chocolat noir, le Pr. Roger Corder, responsable des expériences thérapeutiques au Barts Hospital, va les tester sur 40 cobayes humains souffrant de maladies cardio-vasculaires ».
Le Parisien précise que « le Pr Corder pourrait, après cet essai de 12 mois, « recommander la consommation de 25 g par jour de bon chocolat », c’est-à-dire contenant 85 % de cacao ».
Le quotidien note que selon ce chercheur, manger du chocolat noir dilate les vaisseaux sanguins, empêche la formation de caillots et prévient les attaques cardiaques grâce au « flavanol », une molécule qui agit comme l’aspirine.
Le Parisien note de plus que « les essais in vitro ont montré que cette molécule augmente l’irrigation sanguine du cerveau et pourrait donc aussi être bénéfique pour traiter la démence et les attaques cérébrales ».

Le Parisien 10/04/2006

Retour au sommaire


- Grande-Bretagne - Nicogel
Nicogel est un gel contenant de la nicotine à répandre sur les mains, comme du savon.
Il est proposé à ceux qui doivent s’abstenir temporairement de fumer (p.ex. en avion).
Il n’est pas présenté comme un nouveau substitut nicotinique, mais comme un produit d’aromathérapie.

http://www.nicogel.co.uk/

Retour au sommaire


- France - Les antioxydants protègent la fonction ventilatoire
Une étude prospective entre 1992 et 2000 indique que le bêta carotène a un rôle protecteur contre le déclin fonctionnel respiratoire. Et que, chez les gros fumeurs, deux antioxydants peuvent avoir un certain effet préventif : le bêta-carotène et la vitamine E.

www.quotimed.com 30/03/2006

Retour au sommaire


- USA - Que pensez-vous de l’acupuncture, Docteur ?
Le syndrome de sevrage est l’un des principaux obstacles à l’arrêt du tabac. Les interventions thérapeutiques susceptibles de réduire les symptômes de sevrage présentent donc un grand intérêt en tabacologie. Certaines interventions pharmacologiques ont montré leur efficacité sur le syndrome de sevrage.
Quelques thérapies dites alternatives comme l’hypnose et l’acupuncture restent populaires auprès des fumeurs.
Une enquête récente aux États-Unis a montré que 30 % des fumeurs se disaient intéressés par l’acupuncture pour un futur traitement de leur dépendance tabagique. La dernière revue de la librairie Cochrane a montré que les problèmes méthodologiques et la grande hétérogénéité des études publiées ne permettaient pas de tirer de conclusions claires sur l’efficacité de l’acupuncture et autres thérapies similaires.
Dans la présente étude, 80 fumeurs ont été randomisés pour recevoir le traitement d’acupuncture à l’essai ou un traitement contrôle, d’acupuncture factice. L’évaluation a été pratiquée par l’échelle de sevrage du Minnesota, ainsi que par les inventaires de Beck pour la dépression et pour l’anxiété. Les mesures pratiquées immédiatement après le traitement et à deux semaines de suivi n’ont montré aucune différence entre les groupes.
Cette étude est donc en faveur de l’absence d’efficacité de l’acupuncture sur le syndrome de sevrage tabagique.

Hyun MK et al. Body Acupuncture for Nicotine Withdrawal Symptoms : A Randomized Placebo-controlled Trial. Evidence Based Complement Alternative Medicine. 04/07/2008.
Résumé en anglais : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18955303
Transmis par le Dr Geneviève Sajus (F-93).

Retour au sommaire


- Irlande - La maîtrise de soi serait une bonne arme contre le tabac
L’IRM fonctionnelle sert à comprendre nos comportements. Cette fois, c’est au tour de la cigarette et de sa consommation. Les fumeurs agissent-ils différemment que les non-fumeurs et que les ex-fumeurs ? C’est ce qu’a essayé de comprendre une équipe de chercheurs irlandaise, dans une étude parue en ligne dans NeuroImage, le 25 mars 2011.

Comparer les fumeurs, les ex-fumeurs et les non-fumeurs
Deux expériences ont été réalisées. La première a examiné le comportement et les réponses cérébrales face à des stimuli neutres et en relation avec le fait de fumer pour trois groupes de volontaires : des personnes n’ayant jamais fumé (n = 13), des ex-fumeurs abstinents depuis plus de douze mois (n = 10) et des fumeurs (n = 13). La seconde expérience s’est intéressée aux corrélations cérébrales avec l’inhibition de la réponse motrice.

Les ex-fumeurs montrent un meilleur contrôle du comportement
Les résultats montrent que les fumeurs ont une activité cérébrale significativement moindre dans la région corticale, mais plus importante dans l’aire subcorticale, par rapport aux ex-fumeurs et aux non-fumeurs. Cette région subcorticale est associée à la récompense et à la satisfaction. Les ex-fumeurs montrent, par rapport aux autres, une activité cérébrale plus importante dans les régions corticales préfrontales. Celles-ci sont davantage liées au contrôle du comportement. Les auteurs concluent que ces résultats suggèrent que les thérapies qui s’intéressent à l’amélioration de la maîtrise de soi seraient importantes pour réussir un arrêt de la consommation du tabac chez les consommateurs.

Benjamin Bassereau manip-info.com 11/05/2011
http://www.manip-info.com/actualites/etudes-scientifiques/article/la-maitrise-de-soi-serait-une

Retour au sommaire


{{}}

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | Nous écrire | Informations légales | Espace privé | © Copyright 2007 2017 Afdet