France - Les neurosciences sceptiques sur la prévention par la peur (30/06/2009)


Accueil du site www.tabacologue.fr > Vie quotidienne et tabac > Publicité et tabac > France - Les neurosciences sceptiques sur la prévention par la peur (30/06/2009)

Ce site est destiné aux professionnels de santé. Dernier ajout le 30 juin 2009.


 Les neurosciences sceptiques sur la prévention par la peur (30/06/2009)

Dans le cadre de son programme « Neurosciences et politiques publiques », le Centre d’analyse stratégique s’est penché sur l’apport des neurosciences dans les campagnes de prévention en santé publique. Les données scientifiques laissent à penser que l’image choc ne favorise pas forcément le messager préventif.
Lors de la journée mondiale sans tabac, l’Organisation mondiale de la santé a dévoilé sa nouvelle stratégie de prévention contre le tabagisme : utiliser des images « choc » sur les paquets de cigarettes, une mesure déjà appliquée dans 18 pays et que la France s’apprête à adopter d’ici la fin de l’année (« le Quotidien » du 29 mai). Mais apposer l’image d’un malade sous assistance respiratoire ou celle de poumons ravagés par le tabac favorise-t-il vraiment le message préventif ? Autrement dit le « marketing de la peur » a-t-il vraiment un impact en matière de santé publique ? C’est une des questions qu’ont abordées les spécialistes lors de la Journée d’études organisée par le Centre d’analyse stratégique.
« Aujourd’hui, les neurosciences cognitives sont un moteur du marketing et de la communication des industriels dans le secteur privé. Il est temps aujourd’hui de considérer le recours à cette discipline dans les stratégies de prévention en santé », a affirmé Olivier Oullier, conseiller scientifique, coauteur avec Sarah Sauneron d’une note de veille sur le sujet.
Si elles ne constituent pas de « recettes miracles », les données scientifiques et vérifiées permettent désormais de mieux appréhender le comportement des consommateurs et le rôle des émotions dans les processus d’attention, de mémorisation et de prise de décision.

« Dénormaliser » le tabac
C’est en prenant le parti pris de la peur que les campagnes de l’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) ont depuis 2002, tenté de « dénormaliser » le tabac.
La première campagne, « Révélation », avait marqué les esprits. Le film prenait la forme d’une alerte sanitaire avertissant les consommateurs du danger d’un produit de consommation courante contenant les traces de composants toxiques ; un numéro vert était indiqué. « Le soir même, nous avons reçu plus d’un million d’appels », souligne Aurélie Martzel (INPES). Le mystère n’a été levé que le lendemain : le produit incriminé était le tabac.
À l’issue de cette première campagne, 17 % des fumeurs qui ne voulaient pas arrêter la cigarette ont déclaré en avoir envie.
Les campagnes suivantes ont joué sur le même mécanisme autour de plusieurs axes : risque du tabagisme actif, risque du tabagisme passif ou dénonciation de l’industrie du tabac. Avec les images « choc » de l’OMS, une étape supplémentaire est franchie. Plusieurs études ont démontré l’efficacité de telles illustrations, qui favoriseraient la prise de conscience du risque encouru.
L’aspect brutal des photos permettrait en outre de lutter contre l’esthétisation des paquets de cigarettes à laquelle les jeunes seraient particulièrement sensibles.
Pourtant, plusieurs experts sont plus réservés quant aux résultats de telles initiatives en raison des réactions défensives contre-productives qu’elles pourraient entraîner.

Une étude menée par Gemma Calvert, directrice du Centre de neuro-imagerie appliquée de l’Université de Warwick (Royaume-Uni), qui visait à mesurer les réactions du cerveau face à cinq types de stimulations : des paquets de cigarettes avec et sans messages antitabac, des affiches publicitaires, des objets promotionnels pour les cigarettes ou la vision de la marque à travers le sponsoring d’événements.
« Les résultats ont été surprenants, explique la chercheuse. Les paquets de cigarettes avec un avertissement anti tabac stimulèrent plus les aires du cerveau associées à l’envie de fumer que les paquets qui n’en étaient pas pourvus. De plus, l’activité cérébrale semble d’autant plus élevée que le message est culpabilisant ».

Informer sans trop choquer
Ces résultats semblent être confirmés par ceux de la chercheuse en marketing social de l’Université de Rennes, Karine Gallopel-Morvan, auteur d’un article cité dans la note de veille du Centre d’analyse stratégique, « L’utilisation de la peur dans un contexte de marketing social : état de l’art, limites et voies de recherche ».
Selon elle, « l’effet d’un avertissement visuel a encore plus d’impact quand le paquet est neutre », ce qui tendrait à montrer qu’une des stratégies possibles consisterait à imposer des paquets génériques sans logos ou autres designs attractifs.
De plus, il semblerait que plus la valeur des ressentis d’un message préventif est élevée, plus les aires cérébrales participant à l’attention visuelle sont actives et moins ils sont élevés, plus l’activité des aires participant au processus de mémorisation est importante. « Choquer le fumeur va éveiller son attention mais l’informer sans trop le choquer pourrait faire en sorte qu’il retienne mieux le message », expliquent les chercheurs.

Dr Lydia Archimède Le Quotidien du Médecin 30/06/2009 (extrait)
http://www.quotimed.com/journal/index.cfm?ARTIDX=427800&FUSEACTION=viewarticle&

Où l’on redécouvre ce que le Pr. Gilbert Lagrue a dit il y a bien longtemps : « la peur ne fait pas arrêter ». Et c’est bien normal : l’addiction n’est pas dans le domaine du raisonnable, le fumeur sait que « Fumer tue » mais il est accro et lorsque son corps lui demande de la nicotine + d’autres composants, il se tourne vers le produit qui lui donne tout cela : la cigarette.
Au Canada, les jeunes font collection des images « choc » imprimées sur les paquets de cigarettes : c’est « gore » comme ils disent ! Ils voient bien pire dans les jeux vidéo violents, ça ne les effraie pas. Les images sur les paquets ne font plaisir qu’aux associations de prévention qui ont l’impression de faire quelque chose d’utile en faisant pression pour obtenir une décision dans ce sens (Ndlr).


Retour à « Publicité et tabac »

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet)
15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | Nous écrire | Informations légales | Espace privé | © Copyright 2007 2023 Afdet