France - Sevrage tabagique : une prise en charge est nécessaire (08/11/2006)


Accueil du site www.tabacologue.fr > Thérapeutiques > France - Produits non nicotiniques > France - Sevrage tabagique : une prise en charge est nécessaire (08/11/2006)

Ce site est destiné aux professionnels de santé. Dernier ajout le 8 novembre 2006.


 Sevrage tabagique : une prise en charge est nécessaire (08/11/2006)

Une aide médicale est souvent nécessaire pour parvenir à un arrêt définitif du tabac. En effet, moins de 5 % des fumeurs qui décident d’arrêter seul de fumer restent abstinents un an après. La façon d´aborder le tabac en consultation et l’aide proposée pour le sevrage tabagique sont variables d´un médecin à l’autre et selon que le médecin soit lui-même fumeur ou non.
Ces données sont issues de l´enquête internationale STOP, réalisée auprès de 2 836 médecins généralistes, dont la moitié fumait.
Dans cette enquête, la majorité des médecins (90 %) estiment que le tabac et l’obésité sont les deux facteurs de risque les plus difficiles à prendre en charge, loin devant l´hypertension artérielle et l´hypercholestérolémie, ils ne sont pourtant que 39 % à conseiller, pour le sevrage tabagique, un produit en vente libre et 29 % à prescrire un médicament. Au total, 43 % des médecins non fumeurs disent aborder la question du tabac à chaque visite avec les patients fumeurs contre 33 % des médecins fumeurs. Dans l’ensemble, 89 % recommandent l´arrêt du tabac, systématiquement ou occasionnellement, mais la moitié des médecins interrogés reconnaissent qu´ils n’ont pas le temps ou les compétences nécessaires pour cela. A noter que dans le groupe de médecins fumeurs, 69 % avaient déjà fait au moins 1 tentative de sevrage, le plus souvent sans aide médicamenteuse, et 33 % en avaient fait plus de 3.
C’est la dépendance à la nicotine, une substance qui protège les plantes de tabac contre les insectes, qui rend difficile l’arrêt du tabac. La nicotine a une structure proche de l’acétylcholine, un neuromédiateur impliqué dans la sécrétion de dopamine et de sérotonine qui apportent une sensation de bien-être.
La varénicline (Champix®), indiquée dans le sevrage tabagique chez l’adulte, agit spécifiquement sur le mécanisme de la dépendance à la nicotine. Développé par Pfizer, c’est le premier d´une nouvelle classe thérapeutique, les agonistes partiels des récepteurs nicotiniques de l’acétylcholine. Il se fixe sur le même récepteur du cerveau que la nicotine mais exerce un double mode d´action : un effet agoniste avec une stimulation partielle du récepteur ce qui atténue le besoin impérieux de fumer et les symptômes de sevrage et un effet antagoniste qui empêche la nicotine de se lier à son récepteur et diminue ainsi la satisfaction apportée par le tabac et le risque de rechute.
Deux essais cliniques, réalisés selon le même schéma, montrent que Champix® augmente significativement les chances de sevrage par rapport au placebo ou au bupropion, un antidépresseur inhibant la recapture de la dopamine.
Dans ces études, plus de 2 000 sujets de 18 à 75 ans, fumant plus de dix cigarettes par jour et motivés pour arrêter de fumer, ont été suivis pendant un an.
Après 12 semaines de traitement, le nombre de patients ayant arrêté de fumer était significativement plus important sous varénicline (44 %) que sous bupropion (30 %) ou placebo (18 %).
Et à 1 an, les non-fumeurs étaient toujours plus nombreux sous varénicline (22 %) que sous bupropion (16 %) ou placebo (8 %).
Dans une troisième étude, 1 206 patients qui avaient cessé de fumer à l´issue d´un premier traitement de 12 semaines par Champix® ont reçu un traitement additionnel de 12 semaines. Celui-ci a permis d´augmenter significativement les chances de succès par rapport au placebo, à 24 semaines (71 % versus 50 %) mais aussi à 1 an (44 % versus 37 %).
Dans ces essais, Champix® a été bien toléré, les événements indésirables les plus fréquents ont été des nausées, dans la majorité des cas elles apparaissent en début de traitement, étaient d’intensité modérée et rarement responsables d´un arrêt du traitement, des rêves anormaux et des maux de tête.
A noter que la varénicline n’a pas d’action sur le poids.
Champix® devrait être commercialisé en France, sur prescription médicale, début 2007.

Dr Corinne Challeton www.egora.fr 09/11/2006
MILDT 08/11/2006

On le répète mais ce n’est pas encore bien ancré dans les esprits : il n’y a pas que la nicotine dans la dépendance !!! (Ndlr)


Retour à « Produits non nicotiniques »

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet)
15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | Nous écrire | Informations légales | Espace privé | © Copyright 2007 2024 Afdet