France - Rectocolite hémorragique et tabagisme (07/07/2014)


Accueil du site www.tabacologue.fr > Pathologies tabagiques > Pathologies digestives > France - Rectocolite hémorragique et tabagisme (07/07/2014)

Ce site est destiné aux professionnels de santé. Dernier ajout le 12 novembre 2014.


- France - Rectocolite hémorragique et tabagisme

Mécanismes pouvant expliquer la rectocolite hémorragique (RCH)
La cause de la RCH reste inconnue, mais les progrès de la médecine permettent de s’orienter vers l’existence de facteurs environnementaux (tabac, alimentation) et favorisants (infections, flores) qui, sur un terrain génétiquement prédisposé, vont entraîner une cascade de réactions qui va aboutir à l’apparition de la maladie.

Approche génétique de la RCH
Depuis les années 1950, l’ensemble des données disponibles indique clairement que l’existence d’antécédents familiaux de MICI est le principal facteur de risque de MICI avec donc un facteur génétique.
Cette prédisposition familiale est moins importante pour la RCH que pour la maladie de Crohn et seulement 6% des sujets atteints de RCH ont un ou plusieurs parents atteints de RCH.
Lorsqu’un parent est atteint d’une RCH, les risques de transmission ont été estimés à 1,6 % pour la survenue d’une RCH chez les descendants au premier degré d’un parent atteint.
Ces risques sont encore plus importants dans la population juive et passent à 4,5 % en cas de RCH.
Si les deux parents sont atteints, le risque de survenue d’une MICI au cours de la vie s’éléverait à 36 %.
Dans les cas très rares de couples où les deux conjoints sont atteints de MICI (Crohn ou RCH), l’analyse de la descendance montre que leurs enfants sont très souvent atteints avec un risque qui est de l’ordre de 30 % à 50 % après 20 ans. Il s’agit le plus souvent d’une maladie de Crohn quelque soit la maladie des parents.
La place d’un facteur génétique dans les formes familiales repose sur les études des vrais jumeaux (monozygotes). Pour une maladie purement génétique, l’apparition chez des vrais jumeaux de cette maladie est attendue dans 100% des cas.
Ce n’est pas le cas pour la RCH où le taux de concordance entre jumeaux monozygotes est seulement de 6 % à 19 % pour la RCH.
La part environnementale dans l’étiologie de la RCH est donc importante.
La prédisposition génétique, fortement suspectée sur les arguments développés ci-dessus, a été l’objet de nombreux travaux de recherche pour identifier les gènes en cause, mais peu de gènes ont été retrouvés dans la RCH.
Le gène CARD15 (Caspase Recruiment Domain 15) ou NOD2 (Nucleotide Oligomerisation Domain 2), sur le chromosome 16, a été retrouvé comme associé à la maladie de Crohn, mais ce gène n’a pas de rôle dans la RCH.
Seul l’antigène HLA DR2 a été associé à la RCH, surtout au Japon, dans plusieurs études. Il a été rapporté à plusieurs reprises une association entre l’allèle HLA DRB1*0103 et des formes plus sévères de la RCH.

Facteurs environnementaux au cours de la Rectocolite Hémorragique (RCH)
Le facteur le mieux identifié est le tabac :
Le tabac protège contre la RCH et améliore son évolution alors qu’il favorise le développement de la maladie de Crohn et aggrave son évolution.
La RCH survient moins fréquemment chez les fumeurs avec un risque relatif de développer cette affection 2,5 fois moins élevé que chez les sujets n’ayant jamais fumé. Cet effet protecteur tend à être d’autant plus marqué que la quantité de cigarettes consommée est élevée.
Environ 10 % des patients sont fumeurs au moment du diagnostic de RCH, alors que le pourcentage de fumeurs est de 25 à 40 % dans la population adulte de même âge et de même origine.
L’effet du tabac semble être seulement suspensif. En effet, le risque de survenue d’une RCH est augmenté chez les ex-fumeurs par un facteur 1,7.
Une fois déclarée, la RCH est moins sévère chez les fumeurs. Elle s’étend moins souvent vers le côlon proximal, elle nécessite plus rarement le recours à la corticothérapie et plus tardivement à la chirurgie. L’arrêt de l’intoxication aggrave la maladie et sa reprise l’améliore.
Enfin, chez les patients qui ont commencé à fumer après le début de la RCH, la fréquence des poussées est diminuée. La nicotine transdermique est un traitement efficace des poussées de RCH, mais ce traitement n’a pas d’effet préventif sur leur survenue.
L’efficacité thérapeutique de la nicotine au cours des poussées de RCH suggère qu’elle est responsable de l’effet bénéfique du tabac dans cette maladie. Au cours de la RCH, il existe une diminution de la production des glycoprotéines du mucus et une augmentation de la perméabilité colique. Le tabac augmente l’épaisseur du mucus et réduit la perméabilité de la muqueuse colique, ce qui pourrait contribuer à protéger les patients ayant une RCH ou susceptibles de l’avoir.

Auteur inconnu 07/07/2014
http://hepatoweb.com/Rectocolite-Hemorragique-mecanismes.php

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | Nous écrire | Informations légales | Espace privé | © Copyright 2007 2019 Afdet