France - Comment devient-on dépendant ? (20/06/2006)


Accueil du site www.tabacologue.fr > Dépendances > Dépendances au tabac > France - Comment devient-on dépendant ? (20/06/2006)

Ce site est destiné aux professionnels de santé. Dernier ajout le 20 juin 2006.


 Comment devient-on dépendant ? (20/06/2006)

« Comment devient-on dépendant ? » interroge SANTE MAGAZINE qui souligne que « tout le monde ne devient pas accros aux paradis artificiels » et que « des recherches récentes permettent de mieux comprendre cet engrenage ».
Rappelant que le Dr Olievenstein parlait de « la rencontre entre un individu, un produit et un contexte socioculturel », le journal observe que certaines personnes fragiles sont plus sensibles que d’autres à l’attrait des « paradis artificiels », le vécu, l’âge et le patrimoine génétique (qui n’est pas le plus déterminant) ayant chacun leur importance.
Le magazine qui se demande pourquoi on consomme tel produit plutôt que tel autre, note que tout dépend de l’effet recherché (sédation, stimulation, ou « se sentir partir »).
Considérant qu’en termes de dépendance le tabac, l’héroïne et la cocaïne (surtout crack) sont les produits les plus dangereux, le mensuel note que l’alcool a une action plus lente mais au final « tout aussi redoutable », et que le cannabis « n’engendre pas de réelle dépendance au sens physique du terme ».
La revue qui indique que toutes les substances psychoactives entraînent la libération de neurotransmetteurs et en particulier de dopamine, considérée comme « le messager du plaisir », précise que selon les derniers travaux, d’autres neurotransmetteurs comme la sérotonine et les noradrénalines sont également libérés.
Précisant que les circuits de la dopamine, de la sérotonine et de la noradrénaline sont couplés dans un engrenage, le journal note que les drogues ont la faculté de dissocier ce mécanisme et que la façon dont le toxicomane perçoit le monde s’en trouve alors complètement modifiée.
Selon le chercheur, Jean Pol Tassin « la seule façon pour lui de rendre la situation supportable c’est de reprendre du produit ».
D’après Santé Magazine, en jouant sur les circuits neuronaux, les drogues laissent une empreinte profonde et le cerveau garde en mémoire ces modifications, c’est pourquoi « un ex alcoolique replongera au premier verre » sachant que pour le Dr Alain Morel « le problème n’est pas tellement le sevrage mais ce que la personne devient après ».
En effet, affirme le magazine, « pour apprendre à vivre sans cette béquille il va falloir reprendre le contrôle de ses émotions ».

MILDT 20/06/2006


Retour à « Dépendances tabagiques »

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet)
15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | Nous écrire | Informations légales | Espace privé | © Copyright 2007 2024 Afdet