France - Marqueurs génétiques de l’asthme précoce : le tabagisme passif, facteur aggravant (17/10/2008)


Accueil du site www.tabacologue.fr > Pathologies tabagiques > Atteintes génétiques > France - Marqueurs génétiques de l’asthme précoce : le tabagisme passif, (…)

Ce site est destiné aux professionnels de santé. Dernier ajout le 17 octobre 2008.

 Marqueurs génétiques de l’asthme précoce : le tabagisme passif, facteur aggravant (17/10/2008)

Des équipes françaises* de recherche viennent d’identifier des marqueurs génétiques favorisant l’apparition de l’asthme dans la petite enfance et dont l’effet est renforcé par une exposition précoce au tabac. Des résultats qui peuvent conduire à mieux définir les stratégies de prévention et à développer de nouvelles thérapeutiques.
L’étude a été réalisée dans le cadre de l’étude épidémiologique des facteurs génétiques et environnementaux de l’asthme ou EGEA (multicentrique réalisée à partir de services hospitaliers de cinq villes de France). Ont été inclus 1 511 sujets, dont 651 asthmatiques, appartenant à 372 familles françaises. Les asthmes sont apparus aussi bien dans l’enfance qu’à l’âge adulte. Les chercheurs ont analysé finement 36 polymorphismes situés en 17q21 (chromosome 17), pour comprendre le rôle de ces variants dans l’apparition de l’asthme et leur relation avec l’exposition environnementale au tabac.
En utilisant des méthodes statistiques de pointe, ils confirment l’association de polymorphismes en 17q21 avec l’asthme. Et ils précisent : cette association est spécifique de l’asthme apparaissant avant 4 ans.
Ils mettent aussi en évidence une interaction de ces polymorphismes avec l’exposition au tabac pendant la petite enfance. Ainsi, les sujets possédant l’un des allèles en double exemplaire ont un risque de développer un asthme précoce multiplié par 1,7 comparativement à ceux qui possèdent une autre forme de ces polymorphismes. Et lorsqu’ils ont été exposés au tabagisme de leurs parents au cours de l’enfance, ce risque est encore plus important, multiplié par un facteur de 2,3 à 2,9.
La recherche illustre, par ailleurs, la puissance des études génétiques à haut débit, capables d’analyser des centaines de milliers de marqueurs génétiques sur l’ensemble du génome.

Emmanuelle Bouzignon, Florence Demenais et coll. ; New England Journal of Medicine, 15/10/2008.
* Le consortium de chercheurs regroupe l’INSERM, la fondation Jean-Dausset-centre d’étude du polymorphisme humain à Paris, le centre de génotypage à Evry, les universités d’Evry - Val-d’Essonne et de Paris-Sud et des CHU à Paris, Grenoble, Lyon, Marseille et Montpellier.

Dr Béatrice Vuaille, Le Quotidien du Médecin, 17/10/2008


Retour à « Atteintes génétiques »

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet)
15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | Nous écrire | Informations légales | Espace privé | © Copyright 2007 2024 Afdet