France - Comment savoir qu’un ado fume du cannabis (29/09/2006)


Accueil du site www.tabacologue.fr > Dépendances > Dépendance au cannabis > France - Comment savoir qu’un ado fume du cannabis (29/09/2006)

Ce site est destiné aux professionnels de santé. Dernier ajout le 29 septembre 2006.


 Comment savoir qu’un ado fume du cannabis (29/09/2006)

C’est le PARISIEN qui souligne que selon l’enquête ESCAPAD, contrairement à celle de la cigarette, la consommation de cannabis des ados ne diminue pas. Pour le Pr Jean Constentin, auteur de « Halte au cannabis ! » (Éditions Odile Jacob), il s’agit « même d’une véritable pandémie ».
Le journal rapporte que selon ce membre de l’Académie de médecine, les jeunes « sont de plus en plus nombreux à avoir commencé au collège » alors que « plus le consommateur est jeune plus les effets sont nocifs » car le cannabis « se fixe dans le cerveau, or le développement cérébral n’est achevé qu’à 20 ans ».
Suivent quelques « conseils » du journal pour « savoir si votre ado fume des joints ». « Le blanc de son œil est injecté de sang » et « il a le regard un peu moins vif », selon le Pr Constentin « l’effet sur les yeux dure quelques heures après la consommation » - « Il tousse souvent » : c’est lié à une baisse de sécrétion de la salive provoquée par le THC, d’autant que le cannabis contient sept fois plus de goudrons que le tabac, ce qui selon Jean Constentin rend les risques de problèmes pulmonaires « sept fois plus importants » - « L’argent de poche file à vive allure » ou « le nouveau blouson de cuir disparaît » alors qu’il n’achète plus de CD : « une barrette de shit » soit « une dizaine de joints, coûte entre 20 et 30 euros » - « La fenêtre de sa chambre est toujours ouverte, même en hiver » : « l’odeur du cannabis est très forte, ils sont donc obligés d’aérer leur chambre, sachant que « les plus malins » fument des « bangs », pipes à eau qui sont sans odeur - « il cache des sachets de « tisane » dans son placard » : « beaucoup de parents ne savent pas que le cannabis se présente soit sous forme d’herbe soit sous forme de barrette. ». Le Pr Constentin suggère de faire analyser la substance dans un labo ou chez le pharmacien, tous deux soumis au secret médical - « Il a de moins bonnes notes à l’école ». « Le THC se fixe dans le cerveau et agit directement sur la mémoire ou sur la concentration ». Le médecin qui explique « qu’un bon élève qui fume du cannabis verra tôt ou tard chuter ses résultats » donne ensuite un cours aux parents sur les différentes appellations du cannabis chez les jeunes - « Que faire ? ». Réponses : établir un dialogue avec l’enfant, tenter de comprendre pourquoi il fume, l’amener chez un médecin spécialisés, sachant que la MILDT a mis en place un réseau de consultation cannabis.
(voir www.drogues.gouv.fr).

MILDT 29/9/2006


Retour à « Cannabis »

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet)
15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | Nous écrire | Informations légales | Espace privé | © Copyright 2007 2023 Afdet