Australie - L’essor de la méditation pleine conscience (06/08/2015)


Accueil du site www.tabacologue.fr > Thérapeutiques > Thérapies cognitivo-comportementales > Australie - L’essor de la méditation pleine conscience (06/08/2015)

Ce site est destiné aux professionnels de santé. Dernier ajout le 6 août 2015.


- L’essor de la méditation pleine conscience

Depuis une vingtaine d’années, rappelle The Australian & New Zealand Journal of Psychiatry, l’intérêt pour la méditation pleine conscience (MPC) augmente de façon considérable, et nombre d’interventions de ce type sont actuellement proposées en matière de développement personnel ou d’aide psychologique (notamment pour accroître les facultés de concentration).
Selon certains promoteurs de la MPC, la recherche sur son efficacité n’en est encore qu’à « ses balbutiements ».
L’un des débats sur les interventions de MPC concerne l’interrogation sur la possibilité que cette MPC puisse se trouver dénaturée par la transposition de son cadre bouddhiste d’origine vers un contexte laïque et psychothérapeutique. Autrement dit, est-il vraiment légitime d’extraire une technique de son domaine initialement religieux pour en tirer une méthode « profane » ? Ce débat est d’autant plus justifié que certains auteurs assurant la promotion de ces interventions (laïques) basées sur la MPC sont eux-mêmes des moines bouddhistes. Si le contenu originel de la MPC est « explicitement spirituel », il n’est pas évident que sa transposition laïque soit pleinement justifiée, hors de son « intention spirituelle globale ». Par exemple, le cadre de la méditation bouddhiste associe « une métaphysique, une éthique et une illusion de l’égo ». Matthieu Ricard parle ainsi de « l’imposture du moi » et de la « source de vulnérabilité constante » liée à « l’identification à un ’’moi’’ qui siègerait au cœur de mon être ». Une conception radicalement opposée à la vision occidentale valorisant systématiquement l’estime de soi et le renforcement de l’égo. Mais dans la sagesse bouddhiste, la liberté intérieure viendrait au contraire d’un « amenuisement de cette identification » au moi, affaiblissement qui permettrait, selon la pensée bouddhiste, une « plénitude et une confiance sans égale ». En admettant, poursuit Matthieu Ricard, que l’ego ne représente qu’un « concept » (sans existence réelle) procurant seulement une « confiance factice, construite sur des attributs précaires », on développerait une authentique « confiance en soi » constituant « paradoxalement une qualité naturelle de l’absence d’ego ». Ce détachement du moi offrirait une « liberté fondamentale », loin des « contingences émotionnelles » et une « invulnérabilité face aux jugements d’autrui ». Curieusement, cet aspect (bouddhiste) du renoncement à la primauté du moi n’est pas sans rappeler la conception de Pascal affirmant que le moi serait « haïssable ».

JIM 06/08/2015

Références
Murray G : Do I have a self ? (and other useful questions from Buddhist mindfulness). Aust N Z J Psychiatry 2015 ; 49 (7) : 593–594.

The Australian & New Zealand Journal of Psychiatry
2015, Vol. 49 (7) 593-594
DOI : 10.1177 / 0004867415590460
© La Royal Australian et Nouvelle-Zélande College of Psychiatrists 2015
Réimpressions et autorisations :
sagepub.co.uk/journalsPermissions.nav
anp.sagepub.com

The Australian & New Zealand Journal of Psychiatry, 49 (7)

L’intérêt scientifique dans la pleine conscience a augmenté de façon exponentielle au cours des dernières deux décennies, et un certain nombre d’interventions basées sur la pleine conscience ont été largement diffusées.

Remerciements
L’auteur remercie le Dr Neil Thomas, Dr Tania Perich and Assoc Prof Stephen Theiler des commentaires sur le manuscrit.

Déclaration d’intérêt
L’auteur ne rapporte pas de conflits d’intérêt. L’auteur est seul responsable du contenu et la rédaction du document.

Financement
Cette recherche n’a reçu aucune subvention spécifique de tout organisme de financement dans le public, secteurs commerciaux ou non but lucratif.

Références
Greeson JM, Webber DM, Smoski MJ, et al. (2011) Les changements dans la spiritualité expliquent en partie la qualité des résultats de vie liée à la santé après basée sur la conscience la réduction du stress. Journal of Behavioral Medicine 34 : 508-518.
Leitan N et Murray G (2014) Le corps-esprit relation en psychothérapie : Grounded cognition comme cadre explicatif. Frontières en psychologie 5 : 1-8. Shonin E et Van Gordon W (2014) Managers ’ l’expérience de la formation de sensibilisation à la méditation.

Mindfulness. Epub ahead of Imprimer 21/08/2015.
DOI : 10.1007 / s12671-014-0334-y.
Van Gordon W, E Shonin et Griffiths MD (2015) Vers une deuxième génération de basée sur la conscience des interventions
The Australian & New Zealand Journal of Psychiatry 49 : 591-592.
par guest le 7 Août, 2015
anp.sagepub.com

Téléchargé à partir by guest le 07/08/2015
Greg Murray
Faculté de la Santé, Arts et du Design, Swinburne
Université Technologique
Hawthorn, VIC,
Australie

Auteur correspondant :
Greg Murray, Faculté de santé, des arts et Design de l’Université de technologie de Swinburne,
Hawthorn, VIC 3052, Australie.
Email : gwm@swin.edu.au

guest 07/08/2015
anp.sagepub.com

ANZJP Australie & Nouvelle-Zélande Journal of Psychiatry, 49 (7)
http://www.univadis.fr/medical-news/41/L-essor-de-la-meditation-pleine-conscience?utm_source=newsletter+email&utm_medium=email&utm_campaign=medical+updates+-+daily&utm_content=297550&utm_term=automated_daily


Retour à « Thérapies cognitivo-comportementales »

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | Nous écrire | Informations légales | Espace privé | © Copyright 2007 2017 Afdet