USA - Exposition anténatale au tabagisme : plutôt se fier au dosage de cotinine (02/12/2011)


Accueil du site www.tabacologue.fr > Côté tabacologue sage-femme > USA - Exposition anténatale au tabagisme : plutôt se fier au dosage de (...)

Ce site est destiné aux professionnels de santé. Dernier ajout le 2 décembre 2011.


- Exposition anténatale au tabagisme : plutôt se fier au dosage de cotinine

L’exposition anténatale au tabagisme est associée à un risque plus élevé d’infections respiratoires, d’asthme et de diminution de la fonction pulmonaire pour l’enfant. Au demeurant, l’importance de cette exposition est souvent sous estimée et sa réelle prévalence mal connue.
Des chercheurs de l’Ohio, dans le cadre d’une analyse des effets de l’exposition pré et post natale aux toxiques de l’environnement sur la santé des enfants, ont conduit une étude prospective.
Les mères ont été recrutées à la 16e semaine de gestation. Les données ont pu être recueillies pour 367 enfants suivis jusqu’à l’âge de 2 ans. Elles concernaient les conditions socio-économiques, les antécédents médicaux et l’exposition active et passive au tabac pendant et après la grossesse. La cotinine, dérivé de la nicotine, a été dosée par des méthodes de chromatographie à haute performance, dans le sérum des mères à la 16e, 26e semaine de gestation et à la naissance. Les enfants ont eu des dosages de cotinine sur le méconium puis dans le sang à 1 an et 2 ans. Les enquêteurs ont colligé tous les 3 mois les épisodes de sifflement expiratoire. Les méthodes statistiques ont permis de mesurer le poids des différentes co-variables pouvant intervenir comme les antécédents allergiques, l’exposition aux allergènes, la saison et autres.
Les milieux socio-économiques les moins défavorisés avec un plus haut niveau d’éducation étaient surreprésentés parmi les participants. Cependant 12 % des mères ont déclaré fumer pendant la grossesse et 26 % être exposées au tabagisme actif ou passif. La cotinine a été détectée dans 66,8 % des sérums à la 16e semaine et plus de la moitié des prélèvements suivants. Le taux de cotinine des enfants était en moyenne encore plus élevé à 1 an (0,09 ng/ml) et 2 ans (0,07 ng/ml) que dans le sérum des mères (0,05 ng/ml) à 16 semaines.
Le nombre d’épisodes de sifflement expiratoire (wheezing) a été confronté aux taux de cotinine en fonction des percentiles. À 2 ans, 45 % des enfants avaient eu au moins un épisode de wheezing. Comparant les enfants dont les mères avaient un taux de cotinine dans le 95e percentile à ceux dont les mères avaient un taux dans le 5e percentile, le risque de wheezing était 2,6 fois plus élevé (odd ratio 2,6 intervalle de confiance à 95 % IC 1,3-5,2 p<0,006) pour les premiers ; la même comparaison pour les taux dans le méconium fait apparaître un risque 2 fois plus élevé (IC 1-4 p=0,04) et pour le tabagisme rapporté par la mère 1,7 fois (IC 1,1-2,7 P=0,01). En revanche, l’exposition post-natale au tabagisme, chez les enfants non exposés pendant la grossesse, avait un effet moindre (OR 1,58 IC : 0,77-3,24 P=0,21).

En conclusion, le dosage de cotinine montre que l’exposition au tabagisme est sous-estimée.

Spanier AJ et coll. : Comparison of biomarkers and parent report of tobacco exposure to predict wheeze. J Pediatr 2011 ; 159:776-82.
Pr Jean-Jacques Baudon jim.fr 02/12/2011

http://www.jim.fr/medecin/21_gyneco/e-docs/00/01/F5/B7/document_actu_med.phtml


Retour à « Côté tabacologue sage-femme »

Association francophone des diplômés et étudiants en tabacologie (Afdet) - 15 rue de la Chapelle - F-95310 ST OUEN L'AUMONE
Tél. : +33 (0)95 057 55 77 - Siret 508 296 027 00016 Code NAF 9499Z
Plan du site | Nous écrire | Informations légales | Espace privé | © Copyright 2007 2017 Afdet